Conférence Art Nouveau et Belle Époque

La folie des formes et des décors !

Après la rigueur des schémas urbains du Second Empire, toutes les fantaisies architecturales et ornementales sont permises dans les rues parisiennes alors que dans toutes les villes d'Europe, et dans les stations balnéaires naissantes on ne jure que par l'art nouveau. Entrons dans ce théâtre !

L’art de la Belle époque, se caractérise par l’emploi répété de l’arabesque, l’asymétrie, les lignes courbes et voluptueuses conjuguées à un large éventail de motifs floraux et végétaux, donnant lieu, parfois, à toutes les extravagances. Issu en partie du mouvement Arts and Crafts animé en Grande Bretagne par William Morris, ce style fût d’abord l’art de la provocation. En effet, ce mouvement révolutionnaire, fondé sur le refus de l’héritage esthétique, le refus de l’académisme, tant en architecture qu’en peinture, passe par la volonté de rompre la frontière entre les arts dits majeurs et les arts mineurs, l’idée étant celle d’un art pour tous. Les artistes de ce temps revendiquent tous la référence à Dame Nature, unique source d’inspiration. Les artistes parisiens ont montré un grand engouement pour des sujets d’ornements comme les courges, les paons, les nénuphars ou les oiseaux, chauves-souris, grenouilles, et bien d’autres sujets animaliers. Dès 1895, le monde des arts fût encouragé par Samuel Bing qui ouvrit une galerie à l’enseigne « L’Art Nouveau ». Samuel Bing diffusa intensément cette nouvelle esthétique. Le style Art nouveau s’est imposé dans les ateliers des plus grands créateurs, maîtres-verriers, peintres, céramistes, architectes comme Emile Gallé, Jules Lavirotte, Hector Guimard, Mucha, Tiffany ou Alexandre Bigot. Pour satisfaire aux goûts d’une clientèle avide de renouveau ces artistes n’ont cessé de rivaliser dans les exagérations et les excentricités, tant, dans les décors d’intérieurs qui parfois prennent des allures de jardins de céramique, que sur les façades d’immeubles à PARIS, NANCY, BRUXELLES…

La fin du XIXème siècle voit L’art Nouveau émerger comme la nouvelle esthétique de la contestation mais aussi comme le symbole la prospérité économique croissante qui rejoint une certaine joie de vivre associée à la BELLE ÉPOQUE., comme le montrent les prestigieuses villas de MERS LES BAINS.

À PARIS, où les édicules de Guimard annoncent la première ligne de métro, le Pont Alexandre III  fait la gloire de l’Exposition Universelle de 1900. Si Art-Nouveau et Belle-Époque restent indissociables, les origines de ce style sont, toutefois, à chercher bien avant 1900, au temps de l’Angleterre Victorienne.

  • Vasque Daum
  • Motif floral vase Daum
  • Avenue Rapp Lavirotte
  • art-nouveau-paris

La visite en pratique

Aucune date n'est programmée pour le moment. Recevez le programme en vous inscrivant à la newsletter au bas de cette page. Si vous représentez un groupe, vous pouvez faire une demande pour cette visite à la date de votre choix.

  • Point de RDV Vos locaux ou une salle privatisée à Paris
  • Durée 1h30 à 2h

Dates et formules

Restez informés

Recevez chaque mois le programme des visites guidées et des offres exclusives !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Coordonnées

Paris Capitale Historique
Mme Martine Peyrat
6 Bd Auguste Blanqui
75013 PARIS
01 43 31 21 98
contact@paris-capitale-historique.fr

Pour nous suivre

Retrouvez-nous sur facebook

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.